Gabriel Gössel et moi étions « ami-e-s en collection ». Nous avons fait connaissance en novembre 1997 à la bourse Musica mechanica de Rüdesheim am Rhein en Allemagne. Peu de temps après, au printemps 1998, mon compagnon et moi lui avons rendu visite à Prague et y avons découvert sa magnifique collection de boîtes à aiguilles de gramophone. A cette époque, Gabriel venait de publier le calendrier 1998 avec des photos de sa collection. Six autres calendriers ont suivi ce premier, avec des photos des boîtes d'aiguilles de gramophone ou des étiquettes de disques d’autres collectionneurs et d’une collectionneuse.
Depuis notre rencontre nous avons passé du temps dans des discussions passionnées sur les boîtes d'aiguilles, les échangeant, partageant nos découvertes, verdissant de jalousie lorsque l'autre avait trouvé en premier «la» boîte sur la foire. Tant de messages ont voyagé entre Prague et Vevey pendant toutes ces années ! L'un de nos principaux thèmes de discussion était son amour pour les boîtes de la marque Sem dessinées pour le compte de l’entreprise familiale Semler, de Pilsen. A tel point qu’il a finalement consacré un livre à l’histoire de cette famille en 2018.

Les boîtes d'aiguilles le captivaient mais ses intérêts étaient multiples : Gabriel Gössel était un connaisseur passionné et renommé de l'histoire de la musique et de l'industrie du son tchèques.

Gabriel avait un humour fin et caustique combiné à une profonde gentillesse. Ce vrai gentleman est décédé début avril. Il me manque.

Publié le 2 mai 2020